Romans

Une vie comme les autres

Lesautres

Une vie comme les autres - H. Yanagihara

Ed. Buchet Chastel

Quatre garçons se rencontrent à l’université : c’est le début d’une amitié de toute une vie. L’auteure nous propose une véritable épopée retraçant presque cinquante ans de leur existence. Brillants, ils débarquent rapidement à New-York après la fac et cherchent à s’imposer chacun dans leur domaine. Willem deviendra un acteur reconnu, JB et Malcolm perceront dans le monde impitoyable de l’art et Jude sera très vite un avocat craint et respecté. Jude est le plus mystérieux du quatuor, il se maltraite et semble refuser toute possibilité de bonheur. Très secret sur ses premières années, il se livre peu à peu et révèle la part la plus sombre de l’être humain. Tous les sentiments sont présents et d’une rare intensité dans ce roman, parfois même trop il faut l’avouer, pour être crédible. Mais malgré tout, je n’ai pas pu me détacher de ces 800 pages qui sont une très belle chronique sur l’amitié masculine et cherchent à répondre notamment à cette question : comment construire sa vie d’adulte après une enfance traumatisante ?

Les fantômes du vieux pays

Fantomes vieux pays

Les fantômes du vieux pays - N. Hill

Ed. Gallimard

Quelle surprise le jour où Samuel, professeur de lettres à Chicago, découvre la une de l’actualité : un gouverneur candidat à la Présidentielle vient d’être agressé par une femme. Et cette femme n’est autre que la mère de Samuel, qui l’a abandonné alors qu’il était enfant. C’est pour lui l’occasion d’écrire un livre sur cette femme qui apparaît dans les journaux comme une terroriste. C’est surtout l’occasion de se pencher sur la vie de cette inconnue, sur la période trouble de sa jeunesse, sur ses aspirations et ce qui a pu la conduire à tout quitter quand il avait 11 ans. L’auteur nous propose un vrai régal avec cette tranche de vie d’une Amérique livrée à ses nombreuses contradictions. Savoureux, profond et drôle à la fois.
 

Le Chemin du diable

Chemin du diable

Le Chemin du diable - J.P Ohl

Ed. Gallimard

Dans ce très bel hommage au roman gothique, l’auteur nous transporte dans l’Angleterre au temps de la Révolution industrielle. Nous voici à Darlington en 1824 : des ouvriers, en train de construire la première ligne de chemin de fer, viennent de découvrir le cadavre d’une femme. Certains indices laissent à penser qu’il pourrait s’agir de Lady Beresford, disparue il y a vingt ans. Un notaire, Edward Bailey, va tenter de résoudre ce mystère. Ce roman, par le biais d’une enquête, propose une véritable chronique sociale dans un pays où la naissance du progrès n’est pas forcément bien perçue et laisse déjà présager les excès liés à la recherche permanente de profit.

La Salle de Bal

Salle de bal

La Salle de Bal - A. Hope

Ed. Gallimard

1911, Ella, jeune ouvrière se retrouve enfermée à l’asile de Sharston en Angleterre après avoir brisé une vitre dans son usine. Maintenues à l’intérieur, les femmes ne croisent les hommes, qui travaillent aux champs, que le vendredi soir lors du bal proposé par le Dr Fuller, persuadé que la musique est bénéfique pour ses patients. En mal de reconnaissance, il a d’autres grands projets et compte bien expérimenter les théories eugénistes en réflexion à l’époque. Lorsqu’il comprend qu’Ella est tombée amoureuse de John, un Irlandais mélancolique, il va tout faire pour contrôler ces « faibles d’esprit ». Après Le chagrin des vivants, Anna Hope parvient encore une fois à dessiner une parfaite peinture de ce début du XXème siècle.

Le jour d'avant

Avant

Le jour d'avant de Sorj Chalandon

Ed. Gallimard

Le 27 décembre 1974 une explosion retentit dans la fosse Saint-Amé de Liévin. 42 corps sont remontés par les équipes de secours. La région des Houillères est en deuil, la catastrophe est nationale. Joseph Flavent, jeune mineur de 20 ans, est parmi les victimes. Sa famille est brisée, son père en mourra. Son frère cadet, Michel, qui lui vouait une admiration sans borne, ne se remettra pas de la perte immense de ce grand frère magnifique qui lui faisait partager les mille choses qui font le bonheur de la vie. Il projetait de le rejoindre à la mine dès qu’il serait en âge, mais le destin en a voulu autrement, il ne sera jamais mineur.

40 ans plus tard, le voilà de retour au pays, ce pays si cruel qu’il a fui, avec une idée en tête, et surtout le mot que lui avait laissé son père peu avant de mourir, ces quelques mots simples et brutaux à la fois : « venge nous de la mine ». Une vie entière à ruminer, mais c’est décidé, il fera payer celui qu’il tient pour responsable de tous ces morts, celui qui était en charge de leur sécurité.

Encore une fois Sorj Chalandon sait choisir les bons mots pour faire ressortir toute l’émotion, toute la douleur contenue dans cette histoire. Le deuil, le remords et la culpabilité sont des thèmes abordés ici avec talent, pour notre plus grand bonheur.

Zouleikha ouvre les yeux

Zouleikha

Zouleikha ouvre les yeux de Gouzel Iakhina

Ed. Noir sur blanc

Au début des années 1930, Zouleikha vit dans un petit village tatar. Mariée très jeune à un paysan beaucoup plus âgé qu’elle, elle subit les brimades quotidiennes de sa belle-mère tyrannique et de son époux indifférent. Ses journées sont occupées par les travaux des champs et de la maison, jusqu’au moment où, durant la dékoulakisation, son mari est tué par un soldat. La jeune femme est déportée au fin fond de la Sibérie. Au cours des longs mois de trajet, elle fera connaissance avec les hommes et les femmes qui partagent son exil. A bord du train qui lui fait traverser les steppes, puis lors de l’arrivée au camp, elle devra puiser ses forces au plus profond d’elle même pour survivre.

Ce premier roman nous emporte à l’autre bout du monde, là où l’on reléguait ceux qui étaient considérés comme des ennemis du régime soviétique. L’auteure explore les tréfonds de l’âme humaine et dépeint dans une très belle écriture toute une galerie de personnages dont les destins s’entrecroisent. Une belle découverte !

 

Nos vies

Nosvies

Nos vies de Marie-Hélène Lafon

Ed. Buchet-Chastel

Gordana travaille au Franprix de la rue du Rendez-vous à Paris. Chaque vendredi, un homme passe à sa caisse. Il choisit toujours la caisse de Gordana sans que cette dernière ne lui accorde un regard. La narratrice nous raconte ces vies qu’elle devine derrière des gestes infimes et nous invite, avec beaucoup de délicatesse, à contempler la solitude qui entoure chaque être à un moment donné de son existence.

Cox ou la course du temps

Cox

Cox ou la course du temps de Christoph Ransmayr

Ed. Albin Michel

Alors qu’il vient de perdre sa fille, Alistair Cox, horloger renommé, reçoit une invitation de l’Empereur de Chine : ce dernier souhaite de nouvelles horloges pour sa collection. Cox et ses artisans vont alors entreprendre le voyage jusqu’à la cour impériale. Mais les demandes fantaisistes de l’Empereur pourraient bien causer la perte des Anglais. Christoph Ransmayr nous livre ici une belle réflexion sur le passage du temps et sur le caractère éphémère de la vie humaine.

Mon gamin

Gamin

Mon gamin de Pascal Voisine

Ed. Calmann Levy

Thierry a 14 ans en 1977. Il vit avec son père et sa toute jeune épouse dans un petit village qui héberge un hôpital psychiatrique dirigé par son père. Le jeune garçon est très ami avec Françis, un handicapé mental qui a toujours vécu dans cette institution. Un jour d’août 77 va bouleverser leur vie … Ce premier roman avec ses personnages pleins d’humanité nous a touché. L’auteur y parle très bien des premiers émois de l’adolescent et d’une amitié sincère et sans limite.

Je m'appelle Lucy Barton

Lucy

Je m'appelle Lucy Barton de Elizabeth Strout

Ed. Fayard

L’auteure d’Olive Kitteridge nous livre là un magnifique roman sur l’identité. Comment parvenir à se construire quand on n’a pas eu les mêmes repères que les autres dans son enfance ? Lucy, immobilisée dans son lit d’hôpital, passe 5 jours et 5 nuits à discuter avec sa mère qu’elle n’a pas vu depuis des années. Par une écriture très intimiste, Elizabeth Strout rend parfaitement la fébrilité de ses personnages. Elle signe un très beau texte sur la construction de soi, vaste thème qu’elle nous propose de décrypter.

Ma reine

Reine

Ma reine de Jean Baptiste Andrea

Ed. L'iconoclaste

Ce premier roman est avant tout un roman d’apprentissage et une ode à l’enfance. Nous sommes en Provence durant l’été 1965 avec Shell, un jeune garçon de 12 ans. Il aide ses parents à la station essence dans laquelle ils travaillent mais ces derniers vieillissent et décident de placer leur fils dans un établissement spécialisé. En effet celui-ci regarde le monde d’une manière particulière, ce qui l’empêche d’aller à l’école avec les autres enfants. Son père, afin de lui expliquer sa différence dit de lui qu’il est « beau comme une Alfa Roméo mais avec un moteur de 2CV ». Alors Shell décide de s’enfuir faire la guerre pour leur prouver qu’il est un homme. Mais il n’ira pas plus loin que le haut du plateau qu’il voyait depuis la station. Quelques jours après son installation, il se trouve nez à nez avec une jeune fille qui lui apparaît comme un rêve, un mirage. Elle lui propose de devenir sa reine : elle sera alors tout pour lui et il devra lui obéir et surtout, ne jamais chercher d’où elle vient sinon le lien magique qui les unit sera rompu…

Ce très beau roman est celui d’un amour absolu où des personnages cabossés par l’existence deviennent des rois et des reines. L’écriture très poétique dépeint parfaitement la sensibilité de Shell et nous permet de voir le monde à sa manière, comme un conte.

By the rivers of Babylon

Bytheriversplat1 l 572150

By the rivers of Babylon de Kei Miller

Ed. Zulma

Voici un texte magnifique sur la condition et la rébellion des noirs dans les ghettos Jamaïcains. Chez les rastafaris se couper les cheveux est un sacrilège. Alors quand le petit Kaia revient de l'école, le crâne rasé par son instituteur, la vieille Ma Taffy comprend que le temps de la violence est revenu. Elle se met à lui raconter l'histoire du prêcheur volant, avant que l'humiliation et l'injustice n'embrasent ce quartier pauvre de Kingston.

Sucre noir

Sucrenoir

Sucre noir de Miguel Bonnefoy

Ed. Rivages

Dans un style caractéristique, plein de finesse et de sensualité, Miguel Bonnefoy nous offre une histoire passionnante ancrée au cœur des Caraïbes. Des aventuriers et des planteurs de cannes à sucre, guidés par leurs rêves, vont se croiser, s’unir et se déchirer autour d’un trésor légendaire abandonné trois siècles auparavant par le pirate Henry Morgan. Si vous avez aimé Le voyage d'Octavio de M. Bonnefoy, alors sans nul doute vous adorerez son dernier ouvrage.

Les vents noirs

Ventsnoirs

Les vents noirs de Arnaud de la Grange

Ed. JC Lattès

Chaque rentrée littéraire offre son lot de premiers romans remarquables, et cette année n’est pas en reste, notamment avec Les vents noirs, une histoire puissante, envoûtante, qui nous transporte aux confins de la Sibérie et du Xinjiang, sur la route de la soie. Après la première guerre mondiale le lieutenant Verken est dépêché par le gouvernement français pour retrouver Emile Thelliot, grand explorateur et archéologue reconnu par ses pairs. Celui-ci, passionné par les mystères des civilisations Asiatiques, se voit dépassé par sa quête dévorante. Engagé dans une course contre des expéditions concurrentes, obsédé par la découverte de momies légendaires, il va se transformer en véritable chef de guerre, semant le trouble dans cette région déjà très instable. Commence alors une chasse à l’homme dans les immensités d’Asie centrale, où vont alterner batailles et marches exténuantes dans les déserts brûlants du Taklamakan. Cette quête s’avère surtout être une fuite en avant pour ces hommes dont l’aventure et la guerre sont le seul moyen qu’ils connaissent pour échapper à leur condition et à leurs fêlures.

Ce roman magnifique mêle brillamment les genres, comme l’aventure, la guerre et l’histoire. Il nous immerge dans des contrées sauvages et nous fait partager la folie et la quête d’absolu de ces personnages flamboyants que rien ne peut ramener à la raison. Une très belle découverte.

Maia - Les 7 soeurs

Maia

Maia - Les 7 soeurs de Lucinda Riley

Ed. Points

Secrets de famille inavouables, histoire d’amour magnifique, tour du monde sans bouger de chez soi, voilà ce que nous propose Lucinda Riley dans cette série des Sept sœurs. Énorme succès aux Etats-Unis, les deux premiers tomes sont maintenant disponibles en français. L’auteure nous propose de découvrir l’histoire de sept sœurs adoptées aux quatre coins du monde par un milliardaire suisse. Toutes portent le nom d’une constellation et ont des caractères très différents. A la mort de leur père, chacune reçoit une lettre de sa part comportant un indice sur leur lieu d’origine et leur famille biologique. Maia est l’aînée de cette fratrie. Très à l’aise avec l’apprentissage des langues depuis toujours, elle est traductrice pour différentes maisons d’éditions et travaille donc depuis chez elle. Elle n’a d’ailleurs jamais quitté la maison familiale afin  de veiller sur son père et sur ses sœurs lorsque celles-ci venaient leur rendre visite. Sans grande confiance en elle, elle cache une blessure due à une histoire d’amour achevée brutalement. Dans la lettre laissée par son père, elle apprend qu’elle est née à Rio de Janeiro  dans une des dernières familles puissantes du Brésil. Elle va donc partir sur les traces de son histoire à travers un voyage inoubliable, riche de rencontres et de sentiments. Nous sommes dès les premières lignes plongés dans ce roman et nous nous laissons envoûter par l’histoire de Maia. Si vous avez aimé les romans de Kate Morton ou bien encore Marie Laberge, n’hésitez pas et plongez-vous avec bonheur dans cette nouvelle série.

Marx et la poupée

Marx

Marx et la poupée de M. Madjidi

Ed. Nouvel Attila

Avec ce roman plein d’émotion, Maryam Madjidi a obtenu le Goncourt du premier roman. Nous avons nous même été conquis par ce très beau texte autobiographique. L’auteure  y raconte son arrivée à Paris à l’âge de 6 ans, la découverte d’une nouvelle langue ainsi que ses racines persanes qu’elle ne veut pas oublier. La figure bienveillante de sa grand-mère restée à Téhéran apparaît régulièrement au fil du récit et apaise les moments de doutes et d’angoisse de Maryam. Marx et la poupée est un très beau roman sur l’exil, à la fois intime et universel, que nous vous recommandons vivement.

La terre qui les sépare

Terre 1

La terre qui les sépare de Hisham Matar

Ed. Gallimard

Ce texte porte en lui la double souffrance de l'auteur, l'exil et la disparition du père. Jaballa Matar, figure importante de l'opposition au régime de Kadhafi, est enlevé en 1990 et disparaît dans les prisons Libyennes. La révolution de 2011 libérera nombre de prisonniers politiques mais nulle trace de celui-ci ; Hisham va alors remuer ciel et terre pour retrouver sa trace. Qu'est-il devenu ? Un texte profond et émouvant sur le déracinement et la filiation.

Albert sur la banquette arrière

Albert

Albert sur la banquette arrière de Homer Hickam

Ed. Harper Collins

Années 1930, États-Unis. Homer, sa jeune épouse Elsie et Albert se rendent en Floride. Sous des abords idylliques, le voyage s’annonce pourtant haut en couleurs. Car Albert est un alligator qui prend de plus en plus de place dans la vie de couple et Homer finit par craquer. Elsie doit choisir : c’est Albert ou lui. Les voilà donc sur la route pour ramener Albert chez lui. Un road-trip à la fois drôle et touchant !

Deux hommes de bien

Perez

Deux hommes de bien d'Arturo Perez-Reverte

Ed. Seuil

Avec Deux hommes de bien, l'auteur s'attache à nous faire vivre les mésaventures de deux gentilshommes, deux académiciens, chargés d'acquérir l'encyclopédie de Diderot et d'Alembert. Peu avant la révolution qui va embraser la France et l'Europe tout entière, l'académie Royale Espagnole, qui étouffe sous le poids des traditions et de l'église qui condamne toute velléité de progrès en dehors de la foi, décide d'acquérir la fameuse encyclopédie qui regroupe alors tous les textes et travaux que les plus grands philosophes, scientifiques et artistes ont pu offrir en ce siècle des lumières. L'ouvrage, interdit en Espagne, est au cœur d'un débat passionné entre défenseurs de la raison et du progrès et rétrogrades qui voient d'un mauvais œil un tel ouvrage qui met à mal la foi et la main mise de l'église sur la liberté de penser.

Le voyage de ces deux hommes de bien, de Madrid à Paris, ne va pas être de tout repos. Leur séjour dans la capitale, où ils vont découvrir l'effervescence politique qui agite les salons et les cafés à la mode, va être émaillé de rencontres plus ou moins heureuses. Leur tache s'avère compliquée, la première édition de l'encyclopédie est difficile à trouver, et de plus, certains esprits obscurs vont s'employer à faire échouer leur mission à tout prix. Voici un roman extrêmement bien mené – l'auteur prend plaisir à nous faire partager son travail de recherche et de documentation – qui fait la part belle à l'aventure, au romanesque, à la philosophie, et surtout à l'Histoire.

Une très légère oscillation

Tesson

Une très légère oscillation de Sylvain Tesson

Ed. Equateurs

Voici un recueil de textes publiés dans différents magazines au cours des 3 dernières années. Sylvain Tesson, comme à son habitude, et pour notre bonheur, a couché sur le papier nombre de considérations d'ordre philosophique et sociétal, souvent empreintes d'humour et d'ironie Tessonien. Toujours autant accablé par le vide et l'absurde de l'existence et de ce qu'en font les hommes, ce coureur des bois, cet arpenteur de grottes et de parois continue de semer son existence et ses livres d'aphorismes savoureux.