Romans

Pardonnable

Pardonnable, impardonnable

Valérie Tong Cuong - Ed. J’ai lu

Le point de départ de cette histoire, c’est un drame : Milo, un petit garçon de 12 ans, se retrouve dans le coma après une chute en vélo. Ses parents Céleste et Lino, ainsi que sa grand-mère Jeanne arrivent à son chevet. Pourquoi Milo était-il sur cette route de campagne alors qu’il était censé faire ses devoirs avec sa tante Marguerite ? Tous les trois lui demandent des comptes et celle-ci doit faire face aux poids de la culpabilité et des remords. C’est un véritable séisme qui va alors traverser cette famille. Tous cachent des choses, ont menti et sont en colère. Les blessures du petit Milo vont en rouvrir d’autres, encore plus anciennes, enfouies et la haine va balayer le quotidien et tout emporter sur son passage. Est-ce-que cette famille pourra encore exister après tout cela ?

Valérie Tong Cuong aborde là un thème très souvent abordé en littérature : le secret de famille. Mais elle le fait brillamment ; son roman nous happe. On défend ses personnages, puis on les déteste, bref, on les comprend… A la fin du roman, Céleste dit «  Milo est tombé pour nous aider à grandir » : le lecteur aussi en sort grandi, marqué. Céleste a raison : le chemin vers le pardon est complexe mais la sérénité qui en résulte est tellement belle.

Cinq histoires russes

Cinq histoires russes

Elena Balzamo  - Ed. Noir Sur Blanc

Cinq histoires russes met en scène le destin d'une famille en URSS sur trois générations. A travers le parcours de sa grand-mère, Elena Balzamo évoque le sort de ceux que le régime soviétique considérait comme des « ennemis du peuple ». Elle nous parle également de son propre itinéraire, marqué par son histoire familiale et celle de son pays.

Outre-terre

Outre-terre

Jean-Paul Kauffmann - Ed. Equateurs

Le dernier livre de Jean-Paul Kauffmann est à la mesure des précédents : une ode à l'histoire et à ses fantômes, un ouvrage toujours empreint de la même passion intacte, celle qui lui fait partir sur les traces d'un évènement, d'une figure historique. Ce qu'aime l'auteur, avant tout, c'est gratter le vernis du passé, chercher avec une loupe là où le commun des mortels ne voit rien, et faire ressusciter les grands hommes et disséquer le cours de l'histoire. Avec Outre-terre, il nous amène à la rencontre de ce qui fut en 1807 le théâtre de la sanglante bataille d'Eylau, celle qui fut un mauvais présage envoyé à la figure de Napoléon, quelques temps avant le déclin puis la chute de son empire.

Lire la suite

En attendant Bojangles

En attendant Bojangles

Olivier Bourdeaut - Ed. Finitude

Je ne sais pas trop par où commencer… Je voudrais simplement vous dire de ne pas passer à côté de ce premier roman. J’ai été bouleversée, chamboulée par cette lecture, et un tourbillon d’émotions me saisit quand je pense à tout ce que j’ai pu ressentir. Il est d’abord question d’une histoire d’amour magnifique, magique entre un homme et une femme. L’amour que l’homme éprouve pour cette femme est sans limite : il se laisse donc entraîner par une joie de vivre enivrante qui transforme le quotidien en un conte joyeux. Chaque nouveau jour devient une fête, on célèbre le fait d’être ensemble, on danse sur Mr Bojangles de Nina Simone. Et lorsqu’un petit garçon naît de cet amour, il entre à son tour dans la danse. Il nous raconte alors sa vie et nous dit avec sa naïveté d’enfant qu’il ne comprend pas comment font ses camarades qui n’ont pas ses parents. Cette folie douce qui l’accueille quand il rentre de l’école comme un fauteuil très confortable fait partie de lui. Alors lorsqu’un évènement grave survient, le papa va tout faire pour que son petit garçon continue à célébrer la vie et à danser. L’histoire de cette famille qui s’écrit doit bien se terminer, à tout prix… Olivier Bourdeaut, par un style poétique simple, parvient à nous faire rire et pleurer et, je suis sûre que la dernière phrase de son roman vous accompagnera pendant longtemps.

Branches

Branches obscures

Nicolaj Frobenius - Ed. Actes Sud

Nikolaj Frobenius m’avait déjà ensorcelée avec un précédent roman : Le valet de Sade. J’ai découvert dans Branches obscures la même noirceur d’âme de l’Homme. Le personnage de ce nouveau roman est un auteur à succès qui vient de publier un livre biographique sur un ami d’enfance aujourd’hui décédé. Il témoigne de certains épisodes de leur enfance qui révèlent au grand jour le côté extrêmement sombre de ce garçon qui finira par mettre le feu à leur école. Après cela, des éléments inquiétants vont venir troubler le quotidien de l’auteur : des sms menaçants, le cadavre d’un chien devant sa porte… Et si le personnage de son histoire était revenu parmi les vivants pour se venger ?

Le Chagrin des vivants

Le chagrin des vivants

Anna Hope - Ed. Gallimard

Le 11 novembre 1920 est organisée une cérémonie à Londres afin que la population puisse se recueillir sur la tombe du soldat inconnu tout juste rapatrié de France. Nous suivons alors trois femmes qui vont vivre à leur manière cette journée. Chacune a perdu un être cher durant ce conflit qui vient de prendre fin : un fils, un amant, un père. Anna Hope parvient avec beaucoup d’émotion à nous entraîner dans une très belle histoire. Lors de cette journée de deuil, toutes ces femmes se croiseront et pourront enfin se recueillir plus sereinement après avoir compris un peu mieux leur souffrance.

Le Goût du large

Le Goût du large

Nicolas Delessalle - Ed. Préludes

Quand on court en permanence aux quatre coins du monde, et qu’on se retrouve soudain embarqué pendant 9 jours sur un porte-containers, seul avec soi-même, c’est peut-être le moment de faire le point. C’est ce que fait l’auteur, grand reporter, qui a couvert nombre de conflits dans le monde, et qui revient sur les rencontres et les drames, tous ces évènements qu’il a vécus et qu’il décide de nous livrer avec beaucoup de sensibilité et une belle plume. Un vrai plaisir de lecture.

Astreseclat

Astres sans éclat

K.D. Miller - Ed. les Allusifs

Lorsque nous avions découvert Les heures silencieuses de Gaëlle Josse cela avait été un vrai bonheur et une grande joie de partager cette trouvaille avec vous. Pour moi Astres sans éclat a aussi été un très beau moment de lecture et un tourbillon d’émotions !!! En 1962, Brenda est une adolescente mal dans sa peau, élevée par une mère célibataire dépressive qui lui jette tous les jours au visage sa responsabilité de la mort de son père et de son mal-être. Souffre-douleur à l’école, Brenda a pris pour habitude de se cacher derrière ses livres afin de se faire oublier le plus possible de ses camarades. Lorsqu’elle rencontre Jori Clement, une jeune fille avec une grande indépendance d’esprit, elle est au départ méfiante, mais a quand même très envie de la voir comme une amie. Commence alors entre les deux jeunes filles une relation très particulière, intense et destructrice, qui se terminera de manière tragique. C’est Brenda, quarante ans plus tard qui nous raconte leur histoire. Devenue auteure de romans policiers à succès, elle doit se livrer si elle veut avancer. K.D. Miller a une écriture extrêmement forte, elle installe tout de suite une tension qui ne cessera de croître au fil de la lecture jusqu’à l’émergence de la vérité ! Enfin !

Oublier la baleine

Sans oublier la baleine

John Ironmonger - Ed. Stock

Joe Haak est économiste. Il travaille dans une des plus grandes banques de Londres. Lorsqu’il est rejeté nu comme un ver sur la plage d’un petit village de Cornouailles, les habitants se portent à son secours et demandent quelques explications… Pas très bavard dans un premier temps, Joe s’installe et prend ses marques dans ce village paisible. Il y rencontre une romancière qui n’écrit que des histoires d’amour, un vieux monsieur qui fait office de médecin dans ce lieu isolé, une institutrice pleine de sagesse et extrêmement respectée mais aussi le vicaire et sa très séduisante épouse.

Lire la suite

Le Secret des abeilles

Le secret des abeilles

Sue Monk Kidd - Ed. J'ai lu

1964, Etats-Unis. Lilly, 14 ans, accompagne Rosaleen, sa nounou s’inscrire sur les listes électorales, car désormais les personnes de couleurs vont pouvoir voter. Sur le chemin, elles sont agressées et Rosaleen se retrouve en prison. Après l’avoir fait évader, Lilly décide de s’enfuir avec elle et ainsi fuir son père violent. N’ayant nulle part où aller, elles décident de se rendre dans un petit village où la mère de Lilly, morte depuis une dizaine d’années, aurait séjourné. Lilly en garde un souvenir précieux : l’étiquette d’un pot de miel. Toutes les deux vont alors habiter quelques temps chez trois sœurs apicultrices et vont essayer d’en savoir un plus sur la maman de Lilly. Ce livre rappelle La Couleur des sentiments. L’auteur parle de bonté, d’amour et de tolérance. La douceur du miel ainsi que sa force donnent le ton de cette histoire et accompagnent merveilleusement nos personnages.

Le miel

Le miel

Slobodan Despot - Ed. Folio

Dans ce premier roman, l’auteur nous entraîne dans l’ex-Yougoslavie. Après avoir pris la défense d’un vieux monsieur lors qu’une dispute, Vera se voit livrer en guise de remerciement un pot de miel. C’est le fils du vieillard qui vient lui délivrer ce présent ; il a aussi une histoire à lui raconter… Voilà une très belle quête initiatique qui propose une découverte de ce pays mal connu.

Sukkwan Island

Sukkwan Island

David Vann - Ed. Folio

La découverte de ce livre aura eu pour moi l’effet d’un coup de poing à l’estomac. J’en suis sorti troublé, déstabilisé, un peu nauséeux, comme à la sortie d’un grand huit. Quel choc ! Un père décide d’emmener avec lui son fils de 13 ans pour partir vivre pendant un an sur une île déserte de l’Alaska. La vie y est très rude, il faut chasser, pêcher, faire fumer le gibier, faire du bois, à l’abri d’une simple cabane en bois. C’est une survie au quotidien, loin des hommes et du bruit ; le père se fait une joie de cette parenthèse au plus près de la nature, avec son fils à ses côtés. Mais voilà, il ne sera pas à la hauteur ; David Vann va nous faire partager la fragilité et les angoisses de cet homme tourmenté, jusqu’à nous faire plonger dans l’indicible. Bien qu’il ne soit pas évident à conseiller, ce livre est devenu pour moi une référence, et je suis devenu un inconditionnel de David Vann.

Le Parfum

Le Parfum

Patrick Süskind - Ed. Le Livre de poche

Avec Le Parfum, cet énorme succès planétaire, j’ai découvert la puissance et la beauté du mal, avec ce monstre abominable qu’a été Jean-Baptiste Grenouille. Né dans la fange, aussitôt sa mère envoyée sur l’échafaud, il ira de maison en maison, jamais aimé, victime des maladies et des hommes, s’accrochant à la vie jusqu’à découvrir ce don incroyable qui fera de lui, un instant, l’homme le plus puissant du monde. Meurtrier pour s’approprier l’odeur d’une jeune fille, il va s’employer, alors apprenti chez un maître parfumeur, à assembler et composer les essences les plus subtiles, en quête du parfum absolu. Mais pour cela il lui faudra tuer, encore et encore.

Un roman magnifique, flamboyant, un feu d’artifice à la puissance évocatrice incroyable, qui m’avait à l’époque offert un cortège d’émotions intenses.

Le Monde selon Garp

Le monde selon Garp

John Irving - Ed. Points

Difficile de parler du roman de John Irving, œuvre inclassable, parue en France en 1980. Je dévorai véritablement le livre, me plongeant avec passion dans le destin de Garp. Pour moi Irving a eu le don de créer et faire vivre ces personnages comme s’ils étaient de chair et d’os. Il y a Jenny d’abord, la mère, infirmière de son état, qui n’a jamais voulu s’encombrer d’un homme dans la vie, et qui a élevé seule son fils, avant de devenir l’égérie d’un mouvement féministe qui prit une ampleur considérable.

Et puis il y a Garp, son fils, qui découvre très tôt la lutte - Irving a lui-même été un très bon lutteur - et qui devient écrivain pour plaire à la fille de son entraîneur, sa future femme. Garp a été toute sa vie un homme angoissé, tourmenté, tentant en permanence de protéger ses enfants de la violence du monde extérieur, ce qui n’empêcha pas le destin de frapper à sa guise.

Ce roman est pour moi une œuvre extraordinaire, extrêmement riche, avec une galerie de personnages aussi complexes qu’attachants.

 

Cardinaud

Le fils Cardinaud

Georges Simenon - Ed. Folio

Adolescent, j’ai découvert Simenon avec Le fils Cardinaud, et j’ai eu alors une passion pour cet auteur, véritable boulimique de l’écriture. Comment décrire mieux que lui, avec une écriture aussi sobre, par petites touches impressionnistes, la vie tranquille des petits bourgeois, des anonymes, des ouvriers, avant qu’un drame subit ne s’abatte sur eux. C’est cette capacité à rendre ces ambiances si particulières qui me subjugua. Dans ce roman, Simenon nous fait passer de l’univers de gens simples, sans histoires, au monde de la nuit, des crapules. Hubert Cardinaud, apprenant que sa femme a quitté le foyer, abandonnant enfants et mari, n’hésitera pas à aller la chercher dans des bars de voyous, sur la piste de son amant, pour la retrouver et la ramener à la maison, comme s’il ne s’était rien passé. Un homme au sens moral profond que rien ne pouvait faire dévier de ses valeurs.

La Porte des Enfers

La Porte des Enfers

Laurent Gaudé - Ed. Babel

J’ai découvert Laurent Gaudé en 2002 avec La mort du roi Tsongor qui lui avait valu le Prix Goncourt des Lycéens. Ce texte m’avait énormément plu et touchée, c’était la première fois que j’attendais avec impatience le nouveau roman d’un auteur, et je fus très heureuse après ma lecture du Soleil des Scorta. Je fus bouleversée par La Porte des Enfers publié en 2008. A Naples, un homme perd son fils au cours d’une fusillade. Après ce drame, ce chauffeur de taxi erre la nuit dans les rues de la ville. Il va faire des rencontres étonnantes et notamment celle d’un professeur qui croit en l’existence des Enfers et à la possibilité de s’y rendre. L’homme promet alors à sa femme, anéantie par la mort de son enfant, de se venger ou bien de lui ramener son fils. Il entame alors avec ses compagnons de route sa descente aux Enfers... Ce texte quasi mythologique m’a énormément marquée. En tant que libraire j’ai défendu ce roman passionnément à sa sortie. Encore aujourd’hui j’aime le faire connaître car il ne faut pas passer à côté.

Le Grand Meaulnes

Le Grand Meaulnes

Alain-Fournier - Ed. Le Livre de poche

Le Grand Meaulnes est le seul roman achevé qu’il nous reste d’Alain-Fournier. Ce jeune homme est mort à l’âge de 27 ans durant la Grande Guerre. Publié en 1913, ce roman parle d’un premier amour d’adolescent qui sera celui de toute une vie. Auguste Meaulnes, un jeune homme de 17 ans, tombe instantanément amoureux d’une jeune fille rencontrée lors d’une fête de fiançailles. Obligé de la quitter, il n’aura qu’une seule idée en tête : la retrouver. Toute sa vie sera marquée par ses recherches que nous raconte son ami d’enfance François Seurel. La frontière entre rêve et réalité est sans arrêt franchie : on se laisse envahir par cette histoire mélancolique et romantique. Elle fut pour moi ma première histoire d’amour et me poussa à découvrir d’autres grands amoureux de la littérature comme Stefan Zweig, Stendhal ou bien encore Tolstoï.

Soudain seuls

Soudain, seuls

Isabelle Autissier - Ed. Stock

Et si vous plaquiez tout pendant un an pour faire le tour du monde à la voile ? C’est ce que décide de faire ce couple, lâchant confort et boulot pour écumer les océans à bord d’un voilier. Mais quand la croisière se transforme en isolement forcé sur une île désertique de l’Atlantique sud, rien ne va plus. Il faut alors survivre, à l’abri des ruines d’une antique station baleinière à l’abandon mais les conditions sont rudes, l’hiver austral arrive, les tensions s’installent au sein du couple, révélant les faiblesses et les antagonismes. Un très beau texte sur l’instinct de survie, sur la culpabilité et le remords.

Va et poste une sentinelle

Va et poste une sentinelle

Harper Lee - Ed. Grasset

Scout, héroïne de Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur a grandi. Elle a aujourd’hui 25 ans et revient voir son père pour quelques jours de vacances. Le monde a changé et Scout va aller de désillusions en désillusions. Mais n’est-ce pas là un mal nécessaire pour grandir et poser sur ce monde son propre regard ?

Neverhome

Neverhome

Laird Hunt - Ed. Actes Sud

Très bon moment de lecture pour moi avec ce roman Neverhome. L’auteur nous plonge en plein chaos lors de la guerre de Sécession. Constance, une fermière de l’Indiana décide de prendre la place de son mari au front. Celui-ci est beaucoup trop fragile physiquement et psychologiquement pour survivre à ce conflit. Alors elle se travestit et prend sa place sous l’identité de Ash Thompson. Cette femme se retrouve confrontée à des terribles situations d’une violence extrême où son courage et sa force de caractère vont lui permettre de rester en vie. Après plusieurs mois au combat elle décide de rentrer chez elle. Mais le chemin du retour ne se fera pas simplement et prendra la forme d’une véritable épopée.