Car si l'on nous sépare

Stromme

Car si l'on nous sépare de Lisa Stromme

Ed. Harper Collins

Dans son premier roman, Lisa Stromme nous fait découvrir un petit village de Norvège à la fin du XIXème siècle. Un grand nombre d’artistes viennent s’y installer afin d’y passer l’été et profiter des magnifiques lumières du fjord. Johanne, tout juste 16 ans, est rentrée au service d’une noble famille pour cette même période estivale et se lie d’amitié très vite avec Tullik Ihlen, la fille cadette malgré les conventions. Cette jeune femme très belle et fragile va entrainer sa servante dans une histoire d’amour passionnée avec un artiste qui deviendra, des années plus tard, le peintre norvégien le plus connu du monde : Edward Munch. L’auteure nous raconte l’histoire de son œuvre la plus célèbre : Le Cri. Et si cette toile était avant tout le cri d’une femme impuissante face à un amour impossible, dévorant. La mélancolie de Munch, ainsi que sa survie au quotidien uniquement pour créer et peindre transparait extrêmement bien grâce à une écriture sensuelle et à fleur de peau. Ce roman devient  un tableau que le lecteur contemple puis explore. En effet, Johanne, elle-même passionnée de dessin, aura accès à l’atelier de Munch ou elle pourra alors s’essayer à peindre ce qu’elle ressent. Ainsi, durant sa journée même au service des Ihlen, chacun de ses états d’âme devient une couleur et l’Art, un compagnon de route. Par cette écriture très visuelle, nous pénétrons les différentes couches de ce tableau et nous laissons complètement envoutés par cette très belle histoire.