Ciel d'acier

Cieldacier

Ciel d'acier

Ed. Arléa

Voilà un beau roman où souffle l'esprit pionnier, entre tradition des indiens d’Amérique du Nord et volonté de s'inscrire dans la construction du pays. Il s'agit ici des indiens Mohawks qui, à partir du XIXème siècle, ont uni leur destin au besoin d’entreprendre des blancs, quand tout était à construire, et qu’il y avait une belle opportunité de ramener de l’argent dans leur réserve.

Ces hommes furent d’abord engagés sur les chantiers des premiers grands ponts qui devaient être érigés par-dessus le fleuve Saint-Laurent. Ensuite, précédés par leur réputation et la légende tenace qui faisait d’eux des hommes insensibles au vertige, ils participèrent à la construction des plus grands gratte-ciel de New-York puis des Etats-Unis.

Ce roman, établi sur des faits réels et sur une solide documentation de la part de l’auteur, retrace sur plus d’un siècle le destin de ces générations d’ironworkers – les monteurs d’acier – qui ont pris part à la construction du pays. Michel Moutot relate l’histoire glorieuse et tragique de Jack LaLiberté, ironworker sur le chantier des tours jumelles, et celle de son fils John, lui aussi travailleur de l’acier, et parmi les premiers bénévoles qui ont déblayé les gravats sur l’énorme pile fumante du World Trade Center dès le 11 Septembre.

Une ode aux indiens Mohawks, bâtisseurs entrés dans la légende par le biais de récits et de quelques photos faisant d’eux des funambules, demi-dieux perchés dans le vide sur des poutres en acier de 30 cm de large.