La fille

Lafille 1

La fille

Ed. 10 - 18

Ce premier roman est une vraie réussite. Il nous dépeint de manière extraordinaire le quotidien miteux d’une gamine au destin tout tracé, confinée dans une bourgade du Nevada, où les trailer parks, véritables villages de caravanes, abritent la misère, l’ignorance et le sordide d’une communauté blanche.

Rory Dawn Hendrix est une gamine précoce, aussi douée que lucide, salie très tôt par l’ignominie des hommes. Dans un style très évocateur – elle est la narratrice – elle décrit sa vie, et le moins qu’on puisse dire est qu’elle n’est pas née sous une bonne étoile.  Sa mère, dont elle semble suivre le même chemin, est serveuse dans un bar, et se bat pour subsister, malgré son vécu, l’alcool et la misère de ce monde. Dans son statut de mère qu’elle assume difficilement, elle se voit portée par la petite, renversant alors les rôles avec une maturité et une force incroyables. Le récit mêle les anecdotes avec férocité et humour, sans tomber dans le misérabilisme. Avec l’aide de son manuel de la scoute parfaite et grâce à une intelligence lui permettant de s’adapter aux circonstances, elle va faire son bonhomme de chemin, allant jusqu’à participer à un grand concours d’orthographe, pour la plus grande fierté de sa mère.

Mais sortir de cette misère qui reste collée comme de la glu  aux femmes de la famille n’est pas facile - sa grand-mère a eu aussi son lot - et sortir du chemin tout tracé peut faire peur.

C’est un roman vraiment magnifique, poignant, brisant une fois de plus le rêve américain.